Quelle est la langue des gitans d’Espagne ?

Lorsqu’il est question des gitans d’Espagne, le langage qui s’impose à l’esprit est le caló. Une langue exotique, à l’identité forte, qui a résisté aux vicissitudes de l’histoire et continue à être parlée par une partie de la population gitane sur la péninsule ibérique. Autrement dit, c’est le caló, qui enrichit les conversations intimes et les échanges commerciaux des gitans en Espagne.

Le Caló : une langue gitane

Le caló, langue des gitans d’Espagne, est un mélange des langues romanes et du romani. Son usage s’étend de l’Espagne et du Portugal, au sud de la France, en passant par l’Amérique latine, et s’est même étendu pendant un temps en Afrique du Nord. Ce patois, intégrant de l’argot espagnol et des langues régionales, est un témoignage vivant de la riche histoire de la communauté gitane.

Mots fléchés et mots croisés : la langue des gitans d’Espagne en 4 lettres

Vous aimez résoudre des mots croisés ou des mots fléchés ? Le mystère se dissipe : désormais, vous avez la solution pour la case laissée vide « langue des gitans d’Espagne en 4 lettres ». Caló, voilà le mot juste !

Une connaissance enrichissante que vous pourrez partager à l’occasion d’une partie de ces jeux.

Les gitans et l’Espagne

L’Espagne accueille la plus grande communauté de gitans en Europe, estimée à environ 800 000 personnes au début du XXIe siècle. Ce pays est l’un des rares qui ait reconnu officiellement les gitans en tant que minorité nationale.

En témoigne le plan d’action adopté depuis 2009 par le gouvernement catalan pour le développement de la population gitane. Sur cette terre espagnole, un tiers de la population gitane active contribue à l’économie en tant que salariés.

Les gitans : qui sont-ils ?

Les gitans d’Espagne (qu’on appelle aussi gens du voyage), comme leurs semblables dispersés à travers le monde, sont issus du nord-ouest de l’Inde. Les premiers signes de leur présence en Espagne, et en Europe plus largement, remontent aux XIVe et XVe siècles. Les gitans se sont alors enracinés dans la communauté espagnole, apportant avec eux une richesse culturelle unique qui s’est progressivement fondue dans la culture espagnole dominante. Les histoires fascinantes de la communauté gitane, souvent relayées par des contes populaires et l’histoire orale, décrivent leur existence comme une communauté nomade qui voyage de lieu en lieu, s’installant temporairement selon les opportunités.

Lire   Cala des Moro : un trésor caché aux eaux émeraude !

À travers ces récits, une anecdote notable provient de la Perse, où le roi, déçu par la paresse des gitans qu’il avait invités en tant qu’artistes, les aurait condamnés à voyager sans relâche et à se produire où que ce soit possible.

Le passage des gitans en Espagne n’a pas été une simple vague d’arrivée, mais plutôt un afflux continu qui a permis d’enrichir la population gitane actuelle. Cependant, leur intégration dans la société espagnole a été longue et difficile. Relégués à la périphérie, tant géographiquement que culturellement, les gitans ont dû attendre 1978 pour obtenir la citoyenneté espagnole et accéder aux services publics tels que l’éducation et les soins de santé.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut